Plissé Papoff : la renaissance d'un art

De Federica Russo

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Courant rapidement entre les plis minuscules du carton, les doigts produisent un bruit rythmique, une mélodie qui remplit l'air du laboratoire. Regarder les quatre mains travailler simultanément est presque hypnotique et le bruissement qui interrompt le processus un très bref instant, celui de tirer le moule pour le rapprocher du bord de la table, contient le temps nécessaire à l'observateur pour se rendre compte qu'il assiste à quelque chose extraordinaire.

L'art de plisser la Famille Papoff il se transmet depuis plus d'un siècle : les sœurs Alessandra Et Stéphanie, avec leur ami Renata, je suis la quatrième génération à exercer un métier difficile et presque perdu. Mais procédons dans l'ordre.

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Un fer à repasser avec la gravure "Papoff"

Au commencement il y avait Andreï Popov, devenu Papoff par translittération : un diplomate de la Russie tsariste qui, venu à Naples au milieu du XIXe siècle avec une délégation, tomba amoureux de la ville et d'une noble française qui était à la cour de Ferdinand II de Bourbon, Hélène Larsel.

Il n'y a qu'une seule photo des deux et, au dos de celle-ci, les noms des deux sont notés treize enfants qu'ils avaient ensemble, avec leurs dates de naissance et de décès respectives et les lieux où ils s'étaient installés.

L'un d'eux, Louis, a eu un fils : Albert. Lui, au début de 20ième siècle, il est allé à Paris apprendre l'art de plissé, peut-être de la famille elle-même Lognon, qui se vante d'avoir commencé à plisser sous le règne de Napoléon III. Aujourd'hui la Maison Lognon travaille pour les plus grandes marques de mode françaises et ses créations sont connues pour être "Indéplissables".

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Un des moules les plus anciens de la famille..

Nous ne pouvons pas dire avec certitude s'ils étaient ses professeurs : le fait est qu'Alberto est revenu à Naples chargé de moules, certains encore jalousement conservés et appelés, affectueusement, "Les reliques". Bientôt, cependant, le plissé est passé de mode mais lui, ne se décourageant pas, a décidé d'ouvrir une lessive. Son fils Louis il a développé l'entreprise familiale jusqu'à ce qu'elle devienne la plus grande chaîne de blanchisserie napolitaine : mort dans les années 70, il a laissé l'héritier de ce qui était devenu une industrie à son fils Albert.

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

… Et le résultat de son utilisation !

Le deuxième Albert de cette histoire a dû affronter crise économique Et politique de cette période. Son épouse Valéria Farina elle a décidé d'aller travailler dans les blanchisseries de son mari qui entre-temps étaient également devenues des pressings et, trouvant et restauration les moules plissés de son grand-père Papoff, il a été enseigné par quelques anciens cet art qui était venu de Paris quelque temps auparavant.

Malheureusement, l'industrie aux multiples facettes Spa Papoff. a fermé ses portes au début des années 90.

Mais Valeria, bien qu'elle ne soit pas liée par le sang au premier Alberto, avait la sienne grincer: dans le 1983 ouvert à Vomero avec une belle-sœur et une amie, qui a ensuite été remplacée par sa fille Alessandra, à l'époque fraîchement diplômée et inscrite dans une école de mode, Le Plissé", un atelier où ils fabriquaient et vendaient des tissus plissés, tailleurs et peints à la main. Mais cette initiative a été écrasée par la grande récession mondiale, qui s'est achevée 2008.

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Une photo des blanchisseries Papoff des Archives photographiques Riccardo Carbone

Pendant des années le moules sont restés fermé dans un sous-sol, sorti uniquement pour les demandes des parents et amis. Mais la nouvelle génération voulait se lever et de faire revivre un art trop longtemps mis de côté : en 2014 Alessandra a participé au projet de la municipalité de Naples "Femme Viviatore", visant à aider les femmes talentueuses dans le domaine de l'art à transformer leur passion en entreprise. Son objectif, cependant, n'était pas économique. Il a donc commencé à réfléchir à l'ouverture d'unassociation culturelle, mais ce furent des années pleines de bouleversements dans sa vie privée, bons et mauvais.

le 23 mars cette année, après une foule d'amis qui, avec l'achat de foulards plissés, a voulu les aider à recommencer Alessandra, Sa sœur Stéphanie et un ami à eux, Renata, ils ont finalement réussi à fonder leur association. Nous avons eu l'occasion de les rencontrer et de découvrir comment se fabrique cette technique presque perdue.

Vous devez d'abord couper le tissu (laine, soie et polyester sont les plus adaptés) et ouvrez délicatement les moules en carton entièrement Fait main, certains il y a plus d'un siècle. Le moule a deux dessins animés "jumeaux" et le tissu est mis à l'intérieur; nous procédons ensuite à pliant et insérer le moule, maintenant fermé, entre deux morceaux de bois pour le maintenir immobile.
Il est ensuite introduit dans un four vapeur et, sorti, on le laisse sécher.
Une fois rouvert, l'ancien tissu n'existe plus.

Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Une écharpe plissée

A sa place, il y a ce que, sans l'ombre d'un doute, nous pouvons définir avec une seule expression : Une œuvre d'art.

Les projets de l'association des nouveau-nés sont nombreux : organiser des visites de lieux historiques de la mode napolitaine, suivre des cours dans des écoles et des académies.

Mais la cible il n'en reste qu'un : transmettre Et conserver une technique de travail artisanale presque entièrement remplacée par des machines et de former de jeunes couturières afin qu'elles puissent utiliser des tissus plissés dans leurs modèles.

- Federica Russo
Toutes les photos sont de Federica Russo et Carlotta Pane sauf celles qui témoignent de la splendeur de la blanchisserie Papoff appartenant aux Archives photographiques Riccardo Carbone. 

 

 

 

 

              Parcourez la galerie ci-dessous pour en savoir plus!

Plissé Papoff : la renaissance d'un art
L'ouverture du moule
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
L'insertion de tissus
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
La fermeture des moules
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Le pliage
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
L'insertion entre les deux axes
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Le four à vapeur
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Le résultat
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Un des moules les plus anciens
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Réalisé avec le moule de la photo précédente
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Une étude : les plis et le fer
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Photo des archives photographiques Riccardo Carbone
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Photo des archives photographiques Riccardo Carbone
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Photo des archives photographiques Riccardo Carbone
Plissé Papoff : la renaissance d'un art
Les deux sœurs Papoff, Alessandra et Stefania
Plissé Papoff : la renaissance d'un art

Devenez supporter !

Avec une petite contribution, vous maintiendrez en vie le plus grand site de diffusion culturelle de Campanie ! De nombreux avantages pour vous

laissez un commentaire

Erreur: REMARQUER: Vous ne pouvez pas copier le contenu !