Étymologie et histoire de tous les quartiers de Naples

De Francesco Li Volti

Aujourd'hui les quartiers de Naples sont au nombre de 30 et chacun d'eux est essentiel pour décrire la beauté et les controverses de cette ville. Mais cela n'a pas toujours été le cas. En fait, c'était en 1779 que Ferdinand IV décida de diviser la ville de Naples pour la première fois en 12 districts, afin d'établir et de résider dans chacun d'eux un juge de la Grande Cour Criminelle. C'était une excellente façon de maintenir la sécurité publique.

Ainsi sont nés les douze premiers quartiers de Naples :

1) Quartier de San Ferdinando

2) Quartier de Santa Maria della Vittoria

3) Quartier de Monte Calvario

4) Quartier de San Giuseppe

5) Quartier de San Giovanni Maggiore

6) Quartier Portanova

7) Quartier de San Lorenzo

8) District de l'Avocat

9) Quartier de l'Etoile

10) Quartier de San Carlo all'Arena

11) Quartier du Vicariat

12) Quartier du Carmine Maggiore

Comme nous le disions dans les premiers mots de cet article, il y a 30 quartiers à Naples et bien qu'étant regroupés en 10 communes, chaque habitant d'un quartier se sent particulièrement attaché à son quartier. Vous trouverez ci-dessous l'étymologie et un bref résumé historique des quartiers de Naples.

Étymologie et histoire de tous les quartiers de Naples

Les quartiers et leur étymologie

Arenelle: le canon Celano rappelle ainsi son étymologie, à travers les mots de Gino Doria: "Il tire ce nom des arènes que les torrents d'eau de pluie qui descendent de la montagne Camaldoli, à laquelle il s'élève de ce côté, le laissent". L'Arenella était dans l'Antiquité le lieu de villégiature préféré des Napolitains.        

Avocat: Vient de l'attribut latin avocat, donné à la Vierge Marie, Défenseur des hommes et Médiatrice des pécheurs près d'une église fondée dans ces zones en 1580 par le carme Alessandro Mollo. C'est le participe passé (avocat), nom féminin rendu du verbe avocat Qu'est-ce que ça veut dire "Appeler en présence".           

Bagnoli: Ce toponyme, qui s'emploie au singulier se retrouve aussi dans d'autres régions, dérive du nom de la station thermale Balnéole (en vernaculaire le Bagnuolo) existant ici. Ce bain était cependant très petit et exigu; il est né des racines du mont Olibano. La plus ancienne preuve de Bagnoli remonte au XIIIe siècle, dans le poème latin "De balneis terrae laboris» Par Pietro d'Eboli, qui écrivit que le nom de la station thermale s'étendait à toute la localité.

Bar: Grâce à sa proximité avec la rivière Sebeto, Barra était une région très populaire depuis l'époque romaine, mais avec la fin de l'Empire, ce territoire est progressivement tombé à l'abandon et les terres autrefois fertiles sont devenues marécageuses. Il doit son nom au développement de nombreuses fermes et en 1275 toute la zone fut donnée à la famille Coczi par le roi Carlo I Angioino, et cette ferme fut appelée, en raison de la présence de nombreuses tours, Barra de Coczi.

Chiaia: Chiaia est la corruption napolitaine de la très ancienne playa et déjà au sixième siècle les épîtres de Pape Grégoire le Grand ce terme était utilisé pour désigner toute la côte maritime occidentale de Naples. À l'époque romaine, c'était une ancienne rue appelée par Puteolana, car c'était l'itinéraire le plus rapide pour atteindre Pozzuoli.

Chiaiano: Il dériverait du latin médiéval plagia (pente) - anus (dérivation). A l'époque angevine ce territoire prend le nom de Clojan; Dans les coupons des ducs de Durazzo et des vice-rois espagnols, le lieu est indiqué par les noms Plajanun, Chiaianun et Chiaiana.         

Fuorigrotta: À l'époque d'Auguste, il était nécessaire de construire une route entre Naples et Pozzuoli pour améliorer les communications directes ; pour cette raison Agrippa, général d'Octave, décida d'ouvrir une galerie sous la colline de Posillipo, appelée plus tard Crypte Napolitaine. Une fois les travaux terminés, les soldats romains commencèrent à appeler un ancien village de quelques âmes pieuses appelé Casapagna, placé sur la rue, Foris cryptae. Et voilà l'étymologie de Fuorigrotta dévoilée !

Materdei: Toute la zone tire son origine du nom de la petite église Santa Maria Mater Dei, construite en 1587 par Père Agostino de Juliis de l'Ordre des Servites.

Marianne: A propos de l'origine du nom, il y a peu ou pas de nouvelles. Marianella est répertoriée comme l'une des casalia regis dans le second coupon angevin. Peut-être découle-t-il même de Marillenellum, ou la fusion de trois mots : Maria ille nellum, nouveau lieu (dédié) à Marie. D'autre part, il y a ceux qui soutiennent que le nom Marianella dérive d'une ancienne famille, je Marinellum, datant de l'époque de Charles d'Anjou.       

Marché: Ce quartier doit son nom à la place qui servait autrefois de marché : précisément deux fois par semaine depuis 1270. Dans l'Antiquité se trouvait ici le Grand forum, rien de plus qu'un champ inculte qui plus tard prit le nom de Campo del Moricino.        

Miano: Elle est issue de la fusion avec un village à quelques centaines de mètres, Mianella. Myana Et Mianella c'étaient deux réalités avec peu d'habitants et quelques hameaux. Lorsque le nombre d'habitants augmenta, les deux centres fusionnèrent définitivement.

Montecalvario: Ce quartier tire son nom de l'église du XVIe siècle qui porte aujourd'hui le simple nom de "Montecalvario". Nous savons que la construction de l'église a été commandée par la noble napolitaine Ilaria (ou Iberia) d'Apuzzo en 1560.

Pendino: Gino Doria écrit que les descentes qui menaient de la colline à la mer s'appelaient cintres.

Plaines: L'origine du centre habité remonte à un groupe d'ouvriers impliqués dans l'excavation, la coupe et le transport du piperno, une pierre très dure qui a été largement utilisée pour paver les rues de Naples et ses environs, pour embellir les palais nobles, y compris palais réels. Le toponyme dérive de son territoire plat entouré de collines.

«Le village de Pianura, appelé dans les temps anciens Casale Planurii et Villa Planuriae Majoris (Registres angevins des archives de la Monnaie de Naples), s'élève à 180 mètres au-dessus du niveau de la mer, au pied d'une colline tufacée à l'extrémité nord-est d'un ancien cratère d'un volcan éteint des Champs Phlégréens du périmètre de sept kilomètres ; à quatre milles de la ville de Naples [...]." (Giuseppe di Criscio, Notes historiques sur la municipalité de Pianura).

Piscine: Une étymologie incertaine. Les premiers habitants de ces régions étaient les soldats romains revenus des guerres puniques. Puis les Opici, les Osci et les Samnites y vivaient. L'étymologie de Piscinola dérive du terme piscine, c'est-à-dire « piscine » ou « baignoire », faisant peut-être référence à une ancienne structure hydraulique à proximité de l'établissement résidentiel primitif. Malgré la référence très claire à l'eau, l'emplacement et les fonctions de ce réservoir sont complètement obscurs.

Apparemment, il y avait deux piscines: il y avait une piscine plus petite et plus ancienne, appelée "piscinella", située près des fermes des sombres Filanda, Teverola et Perillo, d'où peut-être l'étymologie de la localité, encore appelée "Piscinella", dérivée et une autre bassin, situé plus au sud et plus grand que le premier, de construction postérieure. Selon d'autres hypothèses, le village s'appelait Piscinola en raison des nombreux puits, mais ici il n'y a pas de veines ou de sources pouzzolaniques.

Poggioreale: La Renaissance napolitaine voit comme protagoniste un roi absolu : Alphonse d'Aragon, duc de Calabre. En 1487, le roi d'Espagne confia les travaux de construction de la Duchesca pour Giuliano da Maiano; la même année, bien que les rénovations de la duchesse ne soient pas encore terminées, Alphonse d'Aragon confie toujours à Giuliano da Maiano la tâche d'ériger une énorme villa, des salles très décorées et décorées de fresques, aux jardins qui s'étendent avec des vignes, des roseraies, sculptures, fontaines et piscines. Aujourd'hui, il ne reste rien de tout cela, mais elle était autrefois surnommée la villa de Poggioreale.

Cavaliers: Le toponyme désigne une série de ponts qui servaient à passer d'une partie à l'autre.

Port: Il doit son nom non pas à la zone portuaire comme beaucoup l'imaginent, mais à la siège de Porto, l'une des plus anciennes de la ville. Par siège, nous entendons la circonscription (une partie du territoire d'un État, à l'intérieur de laquelle la compétence d'un organe est limitée). Les districts ont été abolis en 1800 par le roi Ferdinand IV. Petite anecdote historique-football : la famille de Laurentiis était inscrite à ce siège.

Posilippe: Le nom Pausilypum a été donné par Publio Vedio Pollione à sa villa en mémoire ou en l'honneur de Zeus Pausilipos, dont il parle Sophocle Dans le Nauplie. La traduction littéraire est un répit de la douleur. À sa mort en 15 après JC, la maison fut donnée à l'empereur Octave, qui fit de la villa de Posillipo sa propre villa.

San Carlo all'Arena: Le nom de ce quartier est enraciné dans l'église de San Carlo Borromeo, construite en 1602 aux frais de Silvestro Cordello et du chanoine Giovanni Longo. L'addition "à l'arène”Est dû au fait que juste en face de l'église, le par Foria à l'époque ce n'était plus qu'un drainage d'eau de pluie, boueux en hiver et sableux et poussiéreux en été. En fait, arène en espagnol signifie plage, sable.      

Saint-Ferdinand: Le nom de ce quartier est dû à la présence de l'église de San Ferdinando sur la piazza Trieste e Trento, commencée en 1636 sur un projet de Cosimo Fanzago. Initialement, l'église devait être dédiée à saint François Xavier, par la volonté des jésuites.

San Giovanni à Teduccio: Les Romains étaient amoureux de la terre de Campanie. Un témoignage nous est donné par le fait que la villa de Teodosia, fille de l'empereur Théodose, a été construite dans cette zone. Selon certains érudits en 390 d. C. Théodosie érigea une colonne dans sa villa en l'honneur des empereurs Valentinien, de son père l'empereur Théodose et du fils de ce dernier Arcadius. De grandes fêtes avaient lieu autour de cette colonne, auxquelles participaient les familles les plus importantes de Naples et des environs.

En raison de la notoriété de la villa, de la colonne et des fêtes qui s'y célébraient au fil du temps, il était d'usage de se référer à l'ensemble du domaine « A Théodociame“, Se référant ainsi à la villa de Theodosia, un terme qui au fil du temps se transformera plus tard en Teduccio. Maintenant, cette colonne est conservée dans l'église de San Giovanni Battista

Saint-Joseph: En 1779, la ville a été divisée administrativement en 12 quartiers et donc les limites entre autres du quartier de San Giuseppe ont été définies, qui tire son nom de église de San Giuseppe Maggiore, église qui n'existe plus mais qui était située approximativement sur le site actuellement occupé par la Préfecture de Police. Il se trouvait dans via San Giuseppe, une continuation de via Medina vers Monteoliveto, où commence aujourd'hui via Armando Diaz, au point où la route croise via Medina, via Monteoliveto et via Cardinale Guglielmo Sanfelice, à quelques pas de piazza Bovio et piazza Town Hall et devant la Piazza Matteotti.

Saint-Laurent: Le nom de ce magnifique quartier dérive de la présence de l'ensemble monumental de San Lorenzo Maggiore.

San Pietro à Patierno: Sur les plans cadastraux de l'époque angevine cette zone était indiquée comme San Petrus et Paternum.

Scampia: La dénomination dans l'Antiquité désignait un village qui n'existe plus aujourd'hui. Il fait partie de ces quartiers qui tirent leur nom de leur ancien village.

Secondigliano: La famille romaine Secondili était une puissance. Ils vivaient dans ce quartier de Naples. Ici, le deuxième mile de la voie Appienne a été découvert qui a conduit à Rome.

j'aidais: C'est l'un des nombreux quartiers qui remonte à l'époque romaine. En fait, il était utilisé par les Grecs comme champs de culture et ce n'est que grâce aux Romains qu'il a été possible de comprendre le potentiel d'extraction de piperno. D'où l'origine du nom sous-carrière.

Étoile: C'est l'un des plus anciens quartiers de Naples. Toute la zone tire son nom du sanctuaire de l'Etoile, du nom d'une icône mariale qui représente la Madone avec une étoile sur la tête.

Vicaire: Le Vicariat est issu de la construction du quartier Vaste, proche de la gare centrale, caractérisée par la toponymie dédiée aux villes italiennes et dont l'étymologie est très ancienne et découle de la corruption de échec. Le nom de "Vicariat" (Vicaria nova) vient du tribunal vice-royal situé via dei Tribunali, anciennement via della Vicaria, qui a donné son nom à tout le quartier; la partie la plus ancienne de "l'ancien vicariat" reste dans le quartier de San Lorenzo.

Vomero: L'étymologie du quartier de Vomero dérive du grec Bomòs (βωμός, c'est-à-dire « en hauteur ») mais il y a ceux qui parient que cela provient plutôt du jeu de soc de charrue, un passe-temps paysan qui sanctionnait comme le vainqueur qui, avec le soc de charrue de la charrue, avait tracé un sillon aussi droit que possible. 

Bibliographie: Les rues de Naples, Romualdo Marrone 1996 Newton & Compton- Les rues de Naples, Gino Doria 1979, Riccardo Ricciardi Editore- Les douze quartiers de Naples, Salvatore Di Giacomo 2009, Treves Editore

Devenez supporter !

Avec une petite contribution, vous maintiendrez en vie le plus grand site de diffusion culturelle de Campanie ! De nombreux avantages pour vous

laissez un commentaire

Erreur: REMARQUER: Vous ne pouvez pas copier le contenu !